Commission communale des impôts directs (CCID)

La commission communale des impôts directs dresse, avec le représentant de l’administration fiscale, la liste des locaux de référence et des locaux types retenus pour déterminer la valeur locative des biens imposables aux impôts directs locaux (articles 1503 et 1504 du code général des impôts (CGI)), détermine la surface pondérée et établit les tarifs d’évaluation correspondants (article 1503 du CGI), et participe à l’évaluation des propriétés bâties (article 1505 du même code).

Elle participe à l’élaboration des tarifs d’évaluation des propriétés non bâties (article 1510 du CGI).

Elle formule des avis sur des réclamations portant sur une question de fait relative à la taxe d’habitation et à la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (article R198-3 du Livre des procédures fiscales).

A Lattre Saint Quentin, elle est composée de :

Titulaires : Cédric D’HONDT, Arnaud DUCATEZ, Bruno BAYARD, Bertrand LE GALL, Marie-Christine MILLEQUAND, Philippe VOISIN

Suppléants : Bernard CORSAUT, Corinne BOUCHE, Daniel TARTARE, Peter LOHEZ, Stéphane CARON, Daniel GOMBERT

Commission communale d’action sociale (CCAS)

Le CCAS intervient principalement dans trois domaines :
– l’aide sociale légale qui, de par la loi, est sa seule attribution obligatoire ;
– l’aide sociale facultative et l’action sociale, matières pour lesquelles elle dispose d’une grande liberté d’intervention et pour lesquelles elle met en œuvre la politique sociale déterminée par les élus locaux ;
– l’animation des activités sociales.

A Lattre Saint Quentin, la composition est :

Titulaires : Bertrand LE GALL, Jean-Pierre LAURENT, Daniel COULMONT, Bruno BAYART

Titulaires extra-communaux : Marie-Christine MILLEQUAND, Mireille PROVILLE, Daniel TARTARE, Louis-Paul ROCHES

Suppléants : Maurice BARRAS, Philippe HORIN

Ginette COUSIN, Maire, préside la commission.

Composition du Conseil Municipal

Maire :

Ginette COUSIN

1er Adjoint :

Bertrand LE GALL

2eme Adjoint :

Arnaud DUCATEZ

Conseillers :

Daniel COULMONT

Maurice BARRAS

Jean Pierre LAURENT

Corinne BOUCHE

Cédric D’HONDT

Thomas DUBOIS

Bernard CORSAUT

Bruno BAYARD

DSC00285

Les délégations aux organismes extérieurs

Communauté de communes :

Titulaires : Ginette COUSIN et Jean-Pierre LAURENT

Syndicats des eaux du Val de GY :

Titulaires : Maurice BARRAS et Jean Pierre LAURENT

Suppléants : Arnaud DUCATEZ et Bruno BAYART

Défense et à la Sécurité Routière :

Titulaire : Jean-Pierre LAURENT

Service Incendie :

Titulaire : Ginette COUSIN

SIVU du RPI du Val de GY :

Titulaire : Bertrand LE GALL

Suppléant : Arnaud DUCATEZ

CESDRA :

Titulaire : Cédric D’HONDT

Suppléant : Ginette COUSIN

SIVOM  d’Avesnes Le Comte

Titulaire : Daniel COULMONT et Cédric D’HONDT

Fédération de l’Energie du Pas de Calais :

Titulaire : Ginette COUSIN

Vivre ensemble

Vivre_ensemblePetit code de bonne conduite

Informatif et préventif, ce code de bonne conduite encourage les citoyens à s’orienter vers des solutions à l’amiable plutôt que de s’appuyer systématiquement sur des textes de loi.

Notre commune, nous la voulons conviviale

La municipalité de La Cauchie a le plaisir de vous soumettre ce « Petit code de bonne conduite » destiné à vous sensibiliser sur les gênes que peuvent occasionner les bruits, feux, salissures, haies qui dépassent, stationnements incommodants et vitesses excessives.

Que vous viviez à la campagne ou en ville, dans un appartement ou une maison, que vous soyez locataire ou propriétaire, la proximité avec vos voisins peut-être source d’innombrables conflits…

Pourtant, vivre en bon voisinage, c’est possible ! Si dialogue, bon sens et courtoisie sont les meilleurs moyens d’éviter que les choses ne s’enveniment, certaines règles de base doivent également être respectées…

Principe et fil conducteur de ce guide : Privilégier des solutions à l’amiable, en encourageant les Calcéens à communiquer entre eux de manière polie et respectueuse avant de recourir aux textes de loi ou faire appel aux Forces de l’Ordre.

Gardez ce guide de bon voisinage bien précieusement. Consultez-le régulièrement. Il peut sauver une amitié, éviter tant de désagréments.

Le bruit

Véritable problème de société et de santé publique, le bruit est une pollution, une nuisance ! 87 % des français le considèrent d’ailleurs comme incompatible avec la définition du logement idéal et 43 % disent en souffrir. Intense et répétitif, le bruit peut entraîner des troubles du sommeil, voire plus grave. En fait, le bruit est considéré comme excessif (et donc sanctionnable) dès lors qu’il porte « atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme par sa durée, sa répétition ou son intensité ». Et cela, de jour comme de nuit. Or, il est à la portée de tous, d’adopter des gestes simples, et respecter quelques règles de savoir vivre.

Les travaux de jardinage et de bricolage doivent être effectués à des horaires respectueux du repos des voisins. Actuellement, aucun arrêté municipal ne régit les horaires autorisés, néanmoins de nombreuses municipalités ont adopté ces mesures :les jours ouvrés de 8 à 12H et de 14 à 19H30; les samedis de 9 à 12H et de 14 à 19H; les dimanches et jours fériés de 9H30 à 12H.

Les propriétaires et gardiens de chiens sont tenus à prendre – s’ils souhaitent rester en bon terme avec leurs voisins – les mesures nécessaires pour préserver la tranquillité des riverains.

Les bruits occasionnés par les engins motorisés de loisirs, mais aussi par certaines manifestations, peuvent eux aussi être évités en faisant tout simplement appel à la responsabilité et au bon sens de chacun.

Chien aboyeur

Avant d’appeler le Maire ou la Gendarmerie, informez d’abord, de manière aimable et respectueuse, la personne responsable… qui ne sait peut-être pas que son chien aboie durant son absence.

Feux et odeurs

Après le bruit, les odeurs arrivent en tête des conflits de voisinage. Émanations provenant d’une usine ou d’une exploitation agricole, relents de cuisine, feux de broussailles sont particulièrement mal ressentis par ceux qui vivent à proximité. L’appréciation de leur motilité et celle de leur seuil de tolérance se font au cas par cas, aucun critère précis n’existant en la matière. L’environnement (campagne ou ville, zone pavillonnaire ou industrielle), la régularité et l’ancienneté du trouble sont généralement prises en compte.

L’appel au bon sens est demandé à tout citoyen effectuant l’incinération de déchets verts dans son jardin. Que recommande le code de bonne conduite Calcéen : les petits feux en plein air ne sont tolérés que dans les cas où ils ne concernent pas des produits polluants et où la fumée, qu’ils occasionnent, n’incommode pas les voisins. Ils doivent être totalement maîtrisés : les précautions d’usage contre les incendies doivent être respectées. La valorisation de ces déchets végétaux, par compostage individuel ou en déchetterie, devra être privilégiée. C’est bon pour la planète!

Propreté

Le plaisir à se promener dans les rues de notre commune, dépend pour beaucoup de la propreté des trottoirs et espaces verts. Quoi de plus désagréable que de marcher les yeux rivés sur le sol pour éviter les déjections canines. Quoi de plus déplaisant pour un riverain de voir son quartier, sa rue, sales et mal entretenus. Un peu de civisme peut remédier à ce genre de désagréments. Il en est de même pour les caniveaux et grilles d’évacuation des eaux de ruissellement, les mauvaises herbes en bordure de propriété, les endroits de passage en cas de neige ou de verglas: leur nettoyage et déblayement incombent aux résidents ; le saviez vous ?

Plantations – Taille des arbres et haies

Les arbres et haies qui dépassent peuvent être sources de conflits et d’insécurité. Avant de vous lancer dans toute plantation, renseignez-vous à la mairie sur les distances et les hauteurs qui s’appliquent dans votre commune. En l’absence de règles locales particulières, ce sont celles du Code Civil qui s’appliqueront : tout arbre ou arbuste de moins de 2 m doit être planté à au moins 50 cm de la propriété voisine. Pour une hauteur supérieure, il devra être planté, au minimum, à 2 m de cette limite. Si vous ne respectez pas ces règles, votre voisin peut exiger que les plantations soient taillées, voire arrachées. Si les branches des arbres empiètent sur votre propriété, vous êtes également en droit de demander à votre voisin de les couper. Quant aux fruits poussant sur les branches surplombant votre terrain, ils appartiennent à votre voisin. En revanche, s’ils tombent, vous pouvez les ramasser.

Stationnement

Tout automobiliste est tenu à se garer uniquement aux endroits non gênants. Comment va passer une maman avec sa poussette – ou un handicapé avec son fauteuil roulant – si un véhicule est garé sur le trottoir? Comment va sortir un Calcéen de chez lui si son garage est obstrué? Tout est une question de comportement citoyen!

Stationnement dangereux

Stationner sur le trottoir peut provoquer un accident… dont vous seriez responsable !

Vitesse

A 60 km/h, il faut 7 mètres de plus pour s’arrêter qu’à 50 km/h. Un piéton heurté à 58 km/h a 85% de risque d’être tué. Face à ces constats, en agglomération nous vous recommandons de respecter la limitation de la vitesse.

Vitesse excessive
Pour améliorer la sécurité, en agglomération, la peur du Gendarme (donc de l’amende) reste de loin la mesure la plus efficace.

Situation de Lattre Saint Quentin

Lattre Saint Quentin est un charmant village d’époque gallo-romaine. En plus du centre d’où se distingue son église, le village possède deux hameaux chargés d’histoire : Bel-Avesnes et Filescamps.

 

Caractéristiques :
Lattre Saint Quentin s’étend sur 763 ha, son altitude est de 86 à 130 m.
Sa population était de 270 habitants en 1793, 198 en 1906 et 245 au dernier recensement de 2012.

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
écartelé au 1) et au 4) d’azur à la vierge de carnation, tenant l’enfant Jesus du même, tous deux auréolés et vêtus d’argent, accompagnés de trois fleurs de lys d’or, au 2) semé de fleurs de lys d’or au cerf d’argent brochant sur le tout, au 3) fascé de vair et de gueules de six pièces

Blason Lattre-Saint-Quentin

L’église de Lattre

eglise

Reconstruite en 1792 l’église fut en partie détruite à la révolution après avoir vu son mobilier amoncelé et brûlé à l’intérieur il n’en restait plus dit-on que les murailles.

Elle a pour patron St Quentin.

L’église fut acheté par le fils Aimable Billot de Lattre le 7 Floréal an 9 , (7 mai 1801) provenant de la Fabrique ,moyennant la somme de 58300 francs.

Le clocher quoique restauré dans ces dernières années parait être encore le clocher de l’ancienne église qui remontait à une époque très reculé. Il porte le cachet du 13éme siècle.

La cloche actuelle date de 1890 (700kg) Elle se nomme Marie, fut baptisée par M.LEFIN, doyen d’Avesnes-le-Comte, et eut pour parrain M. Brazier, Maire, et pour marraine Me Desaulty.

Comme relique, l’église possède d’abord une relique considérable ( os du fémur ) de St Quentin, don fait par l’église de St Quentin à M. Flajollet curé de Lattre au commencement de ce siècle ainsi qu’une relique assez importante de St Vaast ,une de St Arnaud et une de St Wulgan.

Il existait autrefois un pèlerinage très fréquenté en l’honneur de St Quentin. Il est difficile d’assigner l’époque à laquelle ce pèlerinage a pris naissance. Mais aussi haut que remonte les registres des comptes de l’ église, c’est-à-dire en l’année 1570 il en est question des recettes faites par la vente aux pèlerins des coupons à brûler et des images aux jours des fêtes de St Quentin.

 

Un peu d’histoire

Altrium Quintini au VI eme siècle. D’abord tenu au chapitre d’Arras, Lattre a appartenu ensuite aux Abbayes d’Anchin et de Mont Saint Eloi.

Un vaste cimetière l’Atrium, la place d’entrée, le vestibule de l’autre vie a donné son nom au village.

Une vieille tradition du pays veut que Lattre ait été dans les temps anciens la nécropole des villages alentours.

Bellavesnes  et Filescamps

La ferme de Bellavesnes a une allure moins imposante que celle de Filescamps. Peut-être le doit-elle à sa division en 2 exploitations déjà effectives en 1717 qui appartenait à L’abbaye d’Anchin. Elle garde en tout cas des traces du passé : son nom du censier du XVII eme siècle : CORNU, est encore écrit dans la cave. Deux grandes exploitations avec un bel entourage de prairies et quelques bouquets de bois constituent ce hameau. Il doit son nom à son heureuse situation et peut être à sa fondation par quelques colons Avesnois.

La ferme de Filescamps conserve, elle, des formes massives avec une immense porte cochère en forme de voûte d’épais mur de pierre. Un corps de ferme, d’apparence monumentale se range autour d’une grande cour carrée occupée au centre par une mare aux parois maçonnées. Un colombier datant de 1673 s’élève à la gauche de l’entrée. Ce domaine fut donné à l’Abbaye de Mont Saint Eloi sous l’abbé Asson de Coupigny. Un vaste sous terrain refuge y est encore accessible. Son origine est fort ancienne. L’Abbaye d’Anchin, le chapitre d’Arras, les couvents des Augustines et des Louez Dieu s’en partageaient la possession.

Robespierre :

Maximilien Robespierre, avocat d’Arras, venait jouer à Lattre durant son enfance.

Il passait ses vacances chez sa grand-mère au hameau de Bel-Avesnes.

Horaires des permanences

Secrétariat de Mairie :

Lundi de 17h30 à 19 heures

Jeudi de 17h30 à 19 heures

Permanence des élus :

Lundi de 17h30 à 19 heures

Jeudi de 17h30 à 19 heures