Un peu d’histoire

18 juillet 2016

Altrium Quintini au VI eme siècle. D’abord tenu au chapitre d’Arras, Lattre a appartenu ensuite aux Abbayes d’Anchin et de Mont Saint Eloi.

Un vaste cimetière l’Atrium, la place d’entrée, le vestibule de l’autre vie a donné son nom au village.

Une vieille tradition du pays veut que Lattre ait été dans les temps anciens la nécropole des villages alentours.

Bellavesnes  et Filescamps

La ferme de Bellavesnes a une allure moins imposante que celle de Filescamps. Peut-être le doit-elle à sa division en 2 exploitations déjà effectives en 1717 qui appartenait à L’abbaye d’Anchin. Elle garde en tout cas des traces du passé : son nom du censier du XVII eme siècle : CORNU, est encore écrit dans la cave. Deux grandes exploitations avec un bel entourage de prairies et quelques bouquets de bois constituent ce hameau. Il doit son nom à son heureuse situation et peut être à sa fondation par quelques colons Avesnois.

La ferme de Filescamps conserve, elle, des formes massives avec une immense porte cochère en forme de voûte d’épais mur de pierre. Un corps de ferme, d’apparence monumentale se range autour d’une grande cour carrée occupée au centre par une mare aux parois maçonnées. Un colombier datant de 1673 s’élève à la gauche de l’entrée. Ce domaine fut donné à l’Abbaye de Mont Saint Eloi sous l’abbé Asson de Coupigny. Un vaste sous terrain refuge y est encore accessible. Son origine est fort ancienne. L’Abbaye d’Anchin, le chapitre d’Arras, les couvents des Augustines et des Louez Dieu s’en partageaient la possession.

Robespierre :

Maximilien Robespierre, avocat d’Arras, venait jouer à Lattre durant son enfance.

Il passait ses vacances chez sa grand-mère au hameau de Bel-Avesnes.